fbpx

Ce qui change au 1er juillet 2019

Augmentation de l’allocation chômage, congé paternité rallongé dans certains cas, prime aux urgences… Le point sur ce qui change au 1er juillet 2019.

 

Tarifs du gaz

Les tarifs réglementés de vente de gaz d’Engie baissent de 6,8% pour les particuliers. 4,3 millions de foyers sont concernés.

Allocations chômage

L’allocation chômage minimum passe de 29,06 euros à 29,26 euros par jour. Cela correspond à une revalorisation de 0,7%.

Prime aux urgences

Les infirmiers, aides-soignants et personnels des SMUR (ambulanciers) bénéficient d’une indemnité de 100 euros net. 30 000 agents hospitaliers sont concernés.

Congé paternité

Le congé paternité est étendu lorsque le nouveau-né est hospitalisé à la naissance. Ce congé peut durer jusqu’à 30 jours, à prendre dans les 4 mois suivant l’accouchement de la mère. Il vient en complément du congé de naissance (3 jours) et du congé d’accueil de l’enfant (11 jours).

Incidents bancaires

Les personnes en fragilité financière sont désormais davantage protégées grâce à un plafonnement des frais d’incidents bancaires à hauteur de 20 euros par mois et 200 euros par an.

Contrôle technique

Avec la mise en place du nouveau contrôle anti-pollution, le contrôle technique pour les véhicules diesel immatriculés après 2005 sera désormais plus strict.

Éco-prêt à taux zéro

L’éco-prêt à taux zéro est un prêt à taux d’intérêt nul permettant de financer des travaux d’économie d’énergie de son logement. Il est désormais élargi aux logements achevés depuis plus de deux ans et aux travaux d’isolation de planchers bas (rez-de-chaussée). La durée d’emprunt évolue également, passant de 10 à 15 ans.

Les véhicules les plus polluants exclus du Grand Paris

A compter du 1er juillet 2019, la métropole du Grand Paris fait la chasse aux véhicules les plus polluants. Les voitures disposant d’une vignette Crit’Air 5 ou non classées ne peuvent plus circuler dans plus de la moitié des 79 communes situées à l’intérieur de l’autoroute A86. Ce qui représente “environ 30.000 véhicules”, selon Patrick Ollier, le président de la Métropole du Grand Paris. Si les contrevenants s’exposent à une amende de 68 euros, il n’y aura pas de verbalisation avant 2021. La ville de Paris passe également à la vitesse supérieure en interdisant la circulation des véhicules Crit’Air 4 en semaine, de 8h à 20h. Cette restriction concerne les voitures à essence mises en circulation avant 1997 et les diesels datant d’avant 2006.

 

Source : www.gouvernement.fr

Articles associés